limoges

Gilbert Bernard. L’alarme à gauche.

Publié le Mis à jour le

Image

À 58 ans, ce militant communiste mène la liste « Limoges Terre de Gauche » qui pour la première fois ne s’associera pas au Parti Socialiste en vue des prochaines élections.

Pour la première fois à Limoges, une partie de la gauche radicale, la gauche déçue, ne partira pas sur la même liste que celle menée par le candidat socialiste Alain Rodet. Le destin de ce pan de l’électorat sera finalement le même que celui de l’ancien sénateur socialiste Jean-Luc Mélenchon. Le Front de Gauche est tout jeune, et s’il décide de se placer sous le signe de l’autonomie pour ces prochaines élections, c’est aussi et avant tout pour répondre à une attente nouvelle. « On verra les résultats les soirs des 23 et 30 mars, mais je crois qu’on est en train de secouer le cocotier socialiste dans cette ville » déclare Gilbert Bernard. Lire la suite »

Vincent Gérard. Lame de Front.

Publié le Mis à jour le

Image

Déterminé, l’artisan de 47 ans monte au Front avec sa liste « Limoges Bleu Marine », en anticipant toute attaque des autres partis.

Il s’agite à droite à gauche, et s’excuse entre deux coups de fils : « Je suis à vous, j’en ai pour deux minutes ! ». Ce matin là, Vincent Gérard enchaîne les rendez-vous à la permanence du Front National. On le sent nerveux, et aussi très fatigué. « En ce moment, je dors quatre heures par nuit » raconte-t-il.

Autour de lui, l’ambiance est conviviale. Les habitués des lieux se connaissent tous et s’amusent entre eux. L’odeur du café qu’ils sirotent mêlée à l’ambiance conviviale du moment en ferait presque passer l’endroit pour le bistrot du coin. Lire la suite »

Emile-Roger Lombertie. Ligne droite.

Publié le Mis à jour le

emile-roger-lombertie-limoges-alternance-ump

Officiellement soutenu par l’UMP, ce psychiatre de 63 ans mène la liste « Limoges alternance » pour les prochaines municipales de 2014. 

D’emblée, il me prend de court avec cette question : « Dites moi, quelles sont vos opinions politiques ? » Sans doute l’avait-il préparée. Non pas qu’il soit méfiant, mais plutôt qu’il aime savoir à qui il a à faire. Dans un demi-sourire, comme satisfait de lui-même, il s’installe dans le fauteuil de son bureau du centre hospitalier Esquirol. À 63 ans, cet hyperactif se présente candidat pour les prochaines élections municipales en menant la liste « Limoges alternance » soutenue par l’UMP. Il assure en même temps que le côté politicien de la chose publique n’est pas sa tasse de thé. Lui, ce qu’il aime, c’est la campagne. Dans tous les sens du terme. Mettant temporairement de côté son amour pour le travail de la terre, l’homme part aujourd’hui à la rencontre d’un terreau plus électoral. Lire la suite »

Pierre Coinaud. Centre isthme.

Publié le Mis à jour le

Image

Cet ancien entrepreneur est aujourd’hui à la tête de la liste centriste « Aimons Limoges » où il lie convictions personnelles et expérience professionnelle. 

Lorsqu’il fait quelque chose, il le fait à fond. C’est aussi vrai lorsqu’il vous propose un café et que la machine fait des siennes. Pierre Coinaud n’est pas du genre à abandonner si vite, et se donne tous les moyens pour arriver à ce qu’il veut. C’est ainsi qu’un quart d’heure et une demi-douzaine de capsules à café plus tard, nous commençons notre entretien. « Je suis quelqu’un de têtu vous savez. »  Lire la suite »

Stéphane Bobin. Le grand débat large.

Publié le Mis à jour le

Image

Défenseur de l’indépendance et du réalisme, le petit nouveau de la politique locale veut redonner une place aux citoyens dans le débat.

« Il y a toujours un moment où les nœuds arrivent au peigne ». C’est en évoquant l’emprise électorale de la majorité sortante sur la ville de Limoges que Stéphane Bobin cite ce « dicton familial ». Et de poursuivre qu’il n’est pas normal qu’après vingt ans de pouvoir ininterrompu, le maire de Limoges continue de se brosser allègrement la chevelure sans craindre de perdre son pouvoir. « J’ai rencontré quelqu’un un jour qui m’a dit qu’il avait connu deux maires à Limoges, alors qu’il est né en 1957. De toute évidence, il y a des questions à se poser sur le renouvellement de la classe politique » déclare-t-il. Lire la suite »