Gilbert Bernard. L’alarme à gauche.

Publié le Mis à jour le

Image

À 58 ans, ce militant communiste mène la liste « Limoges Terre de Gauche » qui pour la première fois ne s’associera pas au Parti Socialiste en vue des prochaines élections.

Pour la première fois à Limoges, une partie de la gauche radicale, la gauche déçue, ne partira pas sur la même liste que celle menée par le candidat socialiste Alain Rodet. Le destin de ce pan de l’électorat sera finalement le même que celui de l’ancien sénateur socialiste Jean-Luc Mélenchon. Le Front de Gauche est tout jeune, et s’il décide de se placer sous le signe de l’autonomie pour ces prochaines élections, c’est aussi et avant tout pour répondre à une attente nouvelle. « On verra les résultats les soirs des 23 et 30 mars, mais je crois qu’on est en train de secouer le cocotier socialiste dans cette ville » déclare Gilbert Bernard.

Au Front

Les critiques vis-à-vis de la majorité sortante ne sont pas aussi sévères qu’elles auraient pu l’être. Loin de vouloir apparaître comme quelqu’un de « démagogique », Gilbert Bernard observe sobrement des choix politiques qui jusqu’ici « ne répondent pas aux enjeux qui vont se poser pour les années à venir ». Il cite l’exemple de l’espace commercial « Family Village ». Une décision, selon lui, qui n’avait pas vocation à servir la population de Limoges, mais à attirer des populations extérieures au détriment des commerces du centre-ville. « Même si Mr. Rodet a été élu, on ne peut pas dire que la population ait été associée aux grandes décisions prises pour la ville. C’est un vrai problème. »

Sous l’égide du Front de Gauche, la liste de « Limoges Terre de Gauche » rassemble militants du Parti communiste, des Alternatifs et de la gauche anticapitaliste. « C’est un point positif puisque chacun amène des choses auxquelles on n’avait pas forcément réfléchi. On est toujours plus intelligents à plusieurs » admet le candidat. Cette coalition politique avait par ailleurs déjà fait l’objet d’une expérience à l’occasion des élections régionales en 2010, avec la liste « Limousin Terre de Gauche ». Le succès obtenu se confirmera même aux élections cantonales de 2011. « Il était logique que pour ces municipales, nous nous retrouvions à nouveau ensemble pour développer un projet alternatif à celui de la municipalité actuelle. » À Limoges, le collectif est donc de mise pour que l’alternance vienne de la gauche.

L’homme révolté

Issu d’un milieu rural « très pauvre » de la Dordogne, Gilbert Bernard grandit dans une famille de sept frères et sœurs dont le père, handicapé, ne travaille pas. À l’époque, aucune aide ne lui est versée. « J’ai connu dans ce bourg rural le mépris de ceux qui avaient un peu de pouvoir, et qui vous faisaient comprendre que vous n’étiez pas grand chose ». Face à de telles injustices, l’homme décrit un « sentiment de révolte » qui l’animait progressivement. Avec un sourire, il raconte que le déclic viendra de la rencontre d’un professeur d’histoire de son lycée, un « marxiste convaincu » qui l’initiera au communisme. Rapidement, l’adolescent adhèrera aux jeunesses communistes à l’âge de 17 ans. À la fin du lycée, le jeune militant part suivre des études d’Histoire à l’Université de Limoges. « L’histoire est une question qui m’a toujours passionné. Très jeune déjà, à l’âge de 5 ou 6 ans, je m’y intéressais. » Tout au long de sa vie étudiante, le limougeaud d’adoption sera adhérant au sein de l’Union des étudiants communistes. C’est d’ailleurs ces relations militantes qui lui donneront l’opportunité de devenir journaliste au sein du journal l’Echo en 1982. « C’était la suite logique de mon engagement » explique-t-il. Et d’ajouter « J’y aurais connu des moments extraordinaires, comme la solidarité dont ont pu faire preuve nos lecteurs lorsque nous avons eu à confronter deux dépôts de bilan. »

Curieux de tout, l’homme est aussi quelqu’un de cultivé. Grand amateur de littérature américaine, il fut longtemps un passionné d’ouvrages de science-fiction : sa collection rassemble quelques 8000 livres au moment où il décide de s’en séparer. « J’ai connu plusieurs déménagements, et à chaque fois les copains en avaient un peu marre parce que ça faisait des centaines de cartons à transporter ! » rigole-t-il. Le reste de son temps, lorsqu’il le peut, Gilbert Bernard le passe entre séances de cinéma et visites de salles d’expositions. « Je fréquente beaucoup les galeries d’art » confie-t-il.

Aujourd’hui âgé de 58 ans, le candidat travaille désormais au sein du Conseil régional du Limousin auprès du groupe « Limousin Terre de Gauche ». C’est également de cette expérience dans le fonctionnement d’une collectivité territoriale qu’il tire ses ambitions pour la municipalité, avec des connaissances dans des domaines parfois très « complexes ». « La question du budget par exemple est une question très pointue ». À cette approche de la chose publique, il rattache un programme axé sur le « bien-vivre ensemble » par lequel il souhaite revenir sur des valeurs de solidarité. « Je déteste l’égoïsme, je déteste cette société où l’on vit les uns à côté des autres sans se côtoyer ni se comprendre. »

Quand on lui pose la question, il n’hésite pas à répondre que son souvenir politique le plus fort reste le meeting de Jean-Luc Mélenchon à Limoges pour les présidentielles de 2012. « J’ai connu beaucoup de meetings, mais ce soir là, j’ai vu quelque chose de nouveau remonter. Les gens avaient retrouvé un espoir perdu » développe-t-il. Il se souvient également le soir de l’élection présidentielle, place de la Bastille, avec ses camarades communistes. Un moment très fort pour lui. C’était il n’y a encore pas si longtemps, et les militants de l’ensemble de la gauche française se massaient entre eux, et parmi le reste de la population. À ce moment précis où la gauche était réunie l’espace d’un instant, il raconte : « On était tous ensemble et on sentait que la pâte levait ». Du passé ? Lui ne le croit pas. Il veut encore y croire. « Je ne pense pas que ce temps soit révolu. En tout cas, ma liste se bat pour que ce ne soit pas le cas.« 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s